Entretien exclusif : Abdoulaye Diaw «Le Sénégal peut bien remporter la CAN, mais…»

Partagez avec vos amis!!! Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

 

Résultat de recherche d'images pour "laye diaw"

Le doyen Abdoulaye Diaw a accordé un entretien exclusif à SeneNews.com. Le chroniqueur sportif, très décontracté, nous a reçus dans sa maison. Il analyse la poule du Sénégal pour la Coupe d’Afrique des Nations  2017 au Gabon. En effet, les lions du Sénégal sont dans la poule B en compagnie de l’Algérie de la Tunisie et du Zimbabwe. Les chances du Sénégal pour cette CAN, les difficultés qu’éprouvent le Sénégal face aux équipes maghrébines, la préparation du tournoi continental, tout est passé en revue par Abdoulaye Diaw.

Senenews.com : Le Sénégal est dans la poule B de la CAN 2017 avec l’Algérie et la Tunisie et le Zimbabwe. Que pensez-vous de ce groupe ?

Abdoulaye Diaw : C’est une poule assez relevée. Mais il faut le préciser, il n’y a pas de poule facile en phase finale de coupe d’Afrique. D’habitude quand on parle de poule compliquée, justement on fait allusion au vécu de l’équipe. Maintenant, Ça peut changer à tout moment, chaque équipe connait des hauts et des bas. Il n’y a plus de petites équipes, peut-être, un autre me dira et la Guinée Bissau. Attention, la  Guinée Bissau n’est pas à éviter. C’est à  dire qu’ils ont bien validé leur ticket. Donc, il mérite leur participation, du coup toutes les équipes se valent.

Certains soutiennent l’idée selon laquelle le Sénégal est dans la poule de la mort. Es ce que vous partagez cette opinion ?

Non, écoutez, poule de la mort, ça n’existe pas. Parfois, des équipes inattendues parviennent à se hisser au sommet et jouer finalement les premiers rôles des phases finales de CAN. Par exemple récemment, le Burkina Faso a joué une finale de la CAN. Alors qu’a priori, personne ne l’attendait à ce stade de la compétition. Donc,  dire poule de la mort ou poule de la vie ce sont des clichés. On parle de la poule de la mort, pourtant l’Algérie n’a remporté qu’une seule fois la CAN de même que la Tunisie. Et elles les ont tous remporter à domicile. Et justement lorsque le Sénégal s’est qualifié au mondial 2002. Dans notre poule de qualification, au début on était quatrième sur cinq (4/5) par ordre de performance. Parce qu’il y’avait l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Mais finalement, c’est le Sénégal qui s’est qualifié aux dépens de ses équipes. Donc il ne faut pas s’attarder sur poule de la mort.

Le Sénégal est éliminé dès les premiers tours lors des deux dernières éditions de la coupe d’Afrique qu’il a participé. Quel doit être  le comportement à adopter pour cette présente édition ?

Comment se comporter, je dirai qu’il n’y a pas de recettes, ou une manière de se comporter. Parfois se qualifier ou se retrouver éliminer. Ça tient à un rien du tout, vraiment rien du tout. Lorsque, la Cote d’ivoire nous a éliminés lors des éliminatoires en 2013. On savait pertinemment qu’elle était meilleure que nous. En 2015, avec l’élimination qu’on a subie face à l’Algérie, lorsqu’on était mené au score de 1 à 0. L’arbitre avait refusé de sifflé un penalty pour Mame Birame Diouf. Et cela aurait été accordé, cela pourrait évidemment changer la donne. Face à cette situation le Sénégal a voulu égalisé pour espérer passer le second  et malheureusement, on a pris un deuxième but. Donc vous voyez, ce sont de petits détails et encore une fois, ça tient vraiment à un rien du tout.

Le Sénégal a toujours des difficultés en phase finale de CAN face à ses équipes maghrébines. Qu’en est-il au juste ?

Oui cela a toujours existé  depuis longtemps d’ailleurs, le Sénégal éprouve toujours des difficultés face à ses équipes. Cela date de belles lurettes. Dans l’histoire, le Sénégal a raté des CAN. Et à chaque fois, c’était soit l’Algérie ou l’Egypte qui nous élimine. Heureusement, c’était aussi des équipes très respectées sur le continent. On ne le dit pas souvent, mais le Sénégal n’a jamais été éliminé par un football qui n’a pas la faveur des pronostics chez les observateurs. Et je disais à quelqu’un que souvent les équipes qui nous éliminent finissent par remporter la CAN. C’est l’exemple de l’Algérie en 1990, la Tunisie en 2004. Donc si le Sénégal parvient à  gagner les adversaires aux préjugés favorables. On pourra certainement gagner la CAN. J’ai toujours soutenu que le Sénégal est proche de remporter une CAN.

N’est-il pas le moment ou jamais de vaincre le signe indien. C’est-à-dire de s’imposer face à ses équipes maghrébines  en phase finale de CAN ?

On ne décide pas de vaincre le signe indien de la sorte. C’est un long processus qu’il faudra suivre. Lors du match que le Sénégal a joué contre la Tunisie à Monastir. Les lions de la Téranga avaient dominé le match et c’était même honteux  de sortir avec un match nul. Finalement, on a perdu la rencontre en toute fin de partie sur corner. Heureusement, la Tunisie a réalisé cette performance à domicile  Donc on gagne du terrain face à ces équipes. Je vous rappelle qu’en 1990, on a gagné la Tunisie en aller et retour (3-0 Dakar et 1-0 à Tunis) avant d’aller jouer la phase finale en Algérie.

Mais les équipes maghrébines ne sont pas toujours à l’aise dans leur façon de jouer quand elles sortent de leur territoire. Es ce que cela peut constituer un avantage pour le Sénégal ?

Oui, il peut avoir un léger avantage pour le Sénégal. Quand la Tunisie et l’Algérie éliminaient le Sénégal, ils accueillaient la CAN à domicile. Les équipes maghrébines sont souvent intenables sur leur territoire. Elles sont souvent aidées par l’environnement, l’atmosphère, le climat. C’est la raison pour laquelle il est souvent difficile de les manœuvrer lorsqu’elles jouent chez elles. Maintenant, au Gabon elles seront beaucoup plus prenables.

L’équipe algérienne cherche toujours un entraîneur après le limogeage du serbe Milovan Rajevac. Il y a une petite instabilité au sein de la sélection algérienne. Es ce que cela peut constituer un atout pour le Sénégal d’ici le début de la CAN 2017 ?

Non je ne crois pas. En Afrique on a souvent l’habitude de confondre sélectionneur et entraîneur. Généralement, les entraîneurs pro qui viennent sur le continent sont des sélectionneurs et plus tous les joueurs algériens jouent quasiment a l’étranger. Milovan Rajavac avait un adjoint lorsqu’il quittait le banc de l’Algérie. Donc, son adjoint va surement continuer le travail que son prédécesseur avait déjà commencé. Donc c’est dire qu’il va surement éviter de commettre les mêmes erreurs. Vous savez, parfois les changements d’entraîneurs peuvent  être dangereux, mais, cela ne peut en aucun cas avoir des conséquences négatives dans le groupe algérien. C’est apparemment les mêmes joueurs, et ils ont déjà l’habitude de jouer ensemble.Quant à la Tunisie, elle a la base ossature locale. Cela peut être un privilège. L’Egypte  a remporté trois de suite la CAN avec une ossature locale.

A part la Tunisie et l’Algérie, l’autre équipe du groupe est le Zimbabwe. Etes-vous d’avis que c’est le petit poucet du groupe ?

Si on ne fait pas de détours, on dira clairement que les autres équipes ont beaucoup plus de chances que le Zimbabwe. La coupe d’Afrique des nations est devenue maintenant une affaire de professionnalisme. On dit qu’une équipe est bonne ou pas à travers  ses joueurs. Le Zimbabwe a aussi une base locale, mais le niveau est totalement diffèrent comparé aux autres équipes. C’est une équipe qui est à la portée. Mais il faut d’abord respecter cette équipe du moment où il s’est battu pour se qualifier. Maintenant, comme on dit toujours, une chance n’est pas à écarter.

Le Sénégal a fait un parcours sans fautes lors des éliminatoires avec six victoires en autant de sortie. Es ce que les lions peuvent remporter cette CAN ?

(Rires…) Le Sénégal peut bien remporter la CAN, mais attention, ça tient à un rien du tout. On a réussi un parcours exceptionnel lors des éliminatoires. Pour la première fois de l’histoire on gagne tous nos matchs. C’est un signal. Sincèrement on peut s’en sortir. Mais il faut reconnaître que les autres équipes, ont aussi la chance de gagner le titre continental excepté peut être le Zimbabwe et La Guinée Bissau. C’est une première participation pour le second, pour le premier (le Zimbabwe) sa dernière participation remonte encore en 2006.

Abdoul Karim Rajak, ancien capitaine du Ghana a cité le Sénégal parmi les favoris de cette 31iem édition de la CAN. Partagez-vous son point de vue?

Il a cité le Sénégal à cause des résultats qu’on a réalisé récemment. On n’a pas un passé glorieux. En 2002, le Sénégal était vice-champion d’Afrique. Ça reste pour le moment pour la grosse performance de l’équipe nationale en phases finales de CAN. Maintenant il y’a une nouvelle génération qui s’est qualifiée avec brio pour cette présente édition de la CAN. L’espoir est permis en tous cas.

Comment aborder la préparation pour la CAN 2017

On va jouer une coupe d’Afrique. En Afrique, les températures diffèrent parfois d’un pays à un autre. Il faut que l’équipe aille le plutôt possible en Franceville. Parce qu’on doit jouer là-bas pour deux semaines avec les matches de poule. Cela va nous permettre de s’acclimater au temps qu’il fait au Gabon, bien avant même le début de la compétition. Donc, le Sénégal devra être sur les lieux au moins une semaine avant son premier match. L’entrée en matière est importante dans une compétition pareille.

Entretien réalisé par Madiagne Niang (senenew)

Partagez avec vos amis!!! Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *